Deux coupes : droite ou ajustée. Et pour les sublimer : une étoffe. En fil épais pour une main plus raide, le trench a quelque chose de discipliné. Structuré. Pour une allure sobre et sophistiquée. Comme un clin d’oeil au manteau d’officier qu’il a été. Mais lorsque le titrage de fil, plus fin, donne au tissu une main plus souple, le trench devient chorégraphique. Fluide. Pour souligner l’élégance de chaque mouvement. Qui est l’homme en trench Sandro ? À chacun de l’apprivoiser. Et de s’approprier, en gabardine de coton, les codes d’une élégance unisexe, sculpturale, nonchalante. Libre.

Les modes passent, le trench reste. Élancé et fier. Il se réinvente au rythme des inspirations de la Maison Sandro. Col relevé, fermeture croisée, les mains dans ses poches raglan, il défie Paris, le vent, les gens…Celui créé à l’origine par l’armée britannique, celui que les icônes de la new wave ont incarné tel qu’Ian Curtis de Joy Division, se porte façon Coltrane, Jazz ou Magnetic. Et fait de l’homme, l’emblème d’une élégance intemporelle.

Haut Up arrow